AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 SC1 ○ LA CABANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

MESSAGES : 86

MessageSujet: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 9:41


SC1 ○ LA CABANE


Des planches de bois qui traînent par terre. Des scies, des clous. Une grande boîte à outils pour pouvoir façonner une maison de bois. Voilà ce qui vous est offert à vous, pensionnaires. Vous avez la possibilité de créer votre cabane dans les arbres, à votre image et à l’image de la maison. Le personnel vous surveille de loin, mais il n’intervient pas dans vos choix, il est seulement là pour vous aider à poser les planches et enfoncer quelques clous. Vous allez devoir vous mettre d’accord afin de bâtir la cabane.

(Au terme de ce sujet commun, un nouveau lieu sera créé dans le jardin. On organisera un petit concours d’écriture pour avoir la description du lieu.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://endroit.forumactif.org



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 11:13


Encore une longue journée qui n'a pas la volonté de passer plus rapidement. Je n'ai rien à reprocher à cet endroit, tant son calme est apaisant tant pour le corps que pour l'esprit. Mais aujourd'hui, je ne resterai pas silencieuse, assise sur le rebord de la fenêtre, tandis que d'autre s'activent à d'autres affaires. Je perçois à quelques mètres, des bruits qui me signalent la présence d'autres pensionnaires. Que font-ils? Leurs actions piquent ma curiosité, je me décide à aller voir, passant une main dans mes longs cheveux tandis que je les attachais, me permettant ainsi de me rendre dehors. Une légère brise vint alors caresser ma peau, tandis que je regardais ce qui m'était offert. Planches, scies, clous, mais qu'attend-t-on de nous? Au loin, j'aperçois une personne qui semble faire parti du personnel. Je me refuse à aller demander quoi que ce soit, il est désormais impossible pour moi de faire confiance aux plus âgés. Je m'accroupis alors, prenant une planche dans mes mains, mes doigts semblant en reconnaître la texture dès le premier contact. Là est certes une activité que l'on donnerait à faire à des enfants, mais la différence est que nous n'en sommes plus. Visualiser, il faut que je visualise. Un lieu qui sera nôtre, construit par nous-mêmes. Il ne faut ni viser trop haut, ni se laisser avoir par la démesure. Il faut être juste dans ses choix, et dans la façon de faire.
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 11:26

T’as les pieds qui frôlent l’herbe. Et, durant un instant, tu te dis que tu aimerais bien revenir là. Pieds nus. Pour ressentir cette force qu’est la terre. Sentir l’herbe te chatouiller. Oué, t’as les pieds qui frôlent l’herbe et, dans pas longtemps. Un jour, tu y reviendras pour y laisser glisser tes orteils. Mais, là. Tu marches simplement. Un peu hagard, un peu perdu. Tu suis simplement le chemin indiqué. Mais, quel chemin ? Parce qu’ici, il n’y en a pas réellement. Ici, tu te sens tellement bizarre. Libre et perdu. Ici, dans un autre monde, dans un autre endroit. Doucement, tu avances. Le visage neutre. Parce que tu l’as perdu, ton sourire. Et pourtant, t’as le cœur qui bat fort. Comme jamais depuis longtemps. Cœur excité, envie, désir. De découvrir, ici. D’aller voir les autres. Un peu. Oui, ici, c’est tellement bizarre et merveilleux.

T’as les pieds qui frôlent l’herbe. Les pieds qui te guident jusque-là. Cet endroit où il faut aider. Tu sais pas. Ce que tu fais là. Tu sais pas pourquoi. Tu es venu ici. Est-ce que tu veux aider ? T’en sait rien. C’est idiot, n’est-ce pas ? Mais, tu sais pas. Parce que ça fait longtemps que t’as pas fait les choses pour toi. Ça fait longtemps que tu as pas été aussi libre. Et pourtant, tu sais qu’ils sont là. A vous surveiller. Mais, pas comme eux. Pas comme tes parents. Alors, t’es là. Et tu fixes cet arbre. Grand majestueux. Il t’impressionne. Toi, si petit à ses côtés. Mais, il te rassure aussi. Et, tu t’imagines déjà, grimpant là-haut pour te faire un petit nid. Tu t’imagines déjà…

Alors que demain, tu pourrais bien ne plus être là.
« Hey oh ? Il y a quelqu'un ? » Tu ne vois personne. Es-tu le premier ? Ou alors, peut-être t'es-tu trompé ? Non. Non, tu es sûr que c'est ici. Parce que tu vois, tout autour de toi, les outils, les morceaux de bois. Alors, c'est bien là. Tu en es sûr. Doucement, en attendant quelqu'un, tu t'approches un peu plus. Tu t'accroupis face aux scies et perceuses. Un peu perdu. T'as jamais touché ça de ta vie. Parce, Toby. T'es né avec une cuillère en argent dans la bouche. Mais, ça t'intrigue. T'as le cœur qui bat fort. Boum boum. T'es excité. T'as hâte d'essayer. Faire quelque chose tes mains. Faire quelque chose pour toi, pour les autres. Depuis combien de temps n'as-tu pas fait quelque chose comme ça ? T'attrapes, un peu maladroit une scie dans ta main. La tournant, retournant devant ton regard perçant. Tu l'admires cet outil. Peut-être sembles-tu un peu idiot comme ça. Peut-être. Mais, t'en a rien à foutre, Toby.

Puis, t’entends du bruit, et soudainement. Tu vois quelqu’un. Petite chose qui s’approche. Qui fait comme toi en fait. Tu la fixes. Tu sais pas trop quoi faire. Parce que les autres, ils sont cachés, peut-être déjà là-haut à bosser. Alors, par terre, pour l’instant, y a que vous. Et…peut-être devrais-tu lui parler, devrais-tu la saluer ? « Bonjour. » T’es pas timide, Toby. Mais, t’oses plus vraiment depuis…ce qu’il t’arrive.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 11:54

Dehors on s’agite.
Les pensionnaires sont dans le jardin. De l’intérieur du salon, je les regarde. Aujourd’hui on n’a pas le choix. Il faut que tout le monde sorte, que tout le monde se rencontre. C’est pour tisser des liens.
Parce que c’est bien pour nous.
C’est ce qu’ils répètent tous les jours. Que tout ce qu’ils font, leurs sourires, leurs regards, leurs gestes tendres à notre égard, c’est rien que pour nous. Et c’est vrai qu’on n’est pas à plaindre et qu’il y a pire que nous.
Alors je sors et mes pieds foulent l’herbe tondue. Je regarde ces garçons et ces filles, ces femmes et ces messieurs. Ils ont tous l’air plus ou moins fatigué. Certains forcent les sourires et je les comprends. Je m’approche de deux personnes qui sont penchés au dessus des outils. Ils veulent qu’on fasse une cabane. J’ai jamais rien construit de ma vie, moi.
On devrait commencer par le plancher. Je dis. Et puis il faudrait faire une cabane suffisamment grande pour pouvoir tous nous accueillir ou nous rassembler. Je l’imagine déjà toute cabossée et irrégulière, avec des clous qui dépassent, des planches pas très symétriques et mal coupées. Un endroit à notre image. Avec une histoire et des blessures.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 12:06


Quelque chose qui nous ressemble. C'était ainsi que les choses devaient être. Néanmoins, je n'étais que piètre bricoleuse, ou du moins, je n'en savais rien. Bam. Retour en pleine face de ma condition, encore une fois. Tandis que je laissais glisser mes doigts contre le bois, comme si j'y cherchais la moindre écharde à m'enfoncer dans le bout des doigts, du bruit m'attira, derrière moi. Des pas, qui se rapprochaient, à un rythme régulier, venant dans cette même direction. Un point de rassemblement qui n'était pas si commun, après tout. Nous étions comme ces souris de laboratoire, à qui on aurait déposé un fromage en plein milieu de leur cage. Elles testent, reniflent, essaient, n'y touchent d'abord pas, comme si elles savaient que ce pourrait être dangereux. Le danger n'est que la dernière de mes préoccupations, à moi qui ne sait même plus si il fût un seul jour où je n'ai pas pensé à y plonger la tête la première. A son salut, je répondis un discret « Salut. » prononcé avec un léger accent d'on ne sait où, comme s'il me venait naturellement. Nous étions tous dans ce même univers, nous étions obligés de nous confronter les uns aux autres. « On ne peut poser un plancher sans fondations, ce serait comme poser une pomme de pin en équilibre, au premier coup de vent, elle s'effondrerait. » répondis-je d'une voix réfléchie. « Commencer par le plancher est une bonne idée, j'entends, mais il va bien falloir le fixer quelque part. » Parlant comme si je dirigeais un chantier, j'eus alors un léger moment de silence, puis baissait les yeux avant de lâcher cette planche que je tenais dans mes mains, et de me relever. Je me sentais faible, mon corps se sentait faible, mon esprit se sentait faible, rien de plus meurtri qu'un coeur qui ne sait où il va, après tout. J'étais confuse. J'étais prête à participer à ce fou projet qu'était de construire une cabane, bien sûr, cela semblait pour moi des années que je n'avais rien réellement fait par moi même, mais ce corps frêle qui était le mien m'accompagnerait-il? J'étais prête à abandonner à la première difficulté, si la défaite se présentait à moi comme la dernière des solutions. Tout semblait un poids trop lourd pour ces doigts qui n'ont jamais connu rien d'autre que des plumes, aurai-je la force de créer, de bâtir, d'être moi-même quelque chose de plus solide?
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 15:38


Le jardin.
Les feuilles murmurent, sous la caresse paresseuse du vent, elles s’agitent, bruissent, se parlent à elles-mêmes. Ils leur font écho, les âmes perdues, marmonnant des mots qu’ils sont les seuls à comprendre. A l’écart, elle reste. Elle n’est pas comme eux ; son âme à elle, elle est noire. Ils sont purs.
Elle ne veut pas se mêler à eux ; ce sera tricher, ce serait mauvais.
Alors elle reste là, pieds nus, assise en tailleurs, la main sur une planche, l’autre tenant le crayon à dessin, et elle dessine sur son carnet. Elle les dessine.
Leurs allées et venues, leurs mœurs, leurs faux sourires.

Le vent se lève, les murmures s’intensifient. Elle relève la tête. Les pensionnaires sont tous là, dehors. Un instant, elle songe à détaler, comme une louve devant une meute inconnue. Puis, ils se rassemblent non loin d’elle, et elle peut entendre ce qu’ils disent. Les lèvres pincées, elle décide de les ignorer. Les planches de bois, les clous, tout, ici, lui rappelle avec cruauté ce qu’elle fut, et elle ne veut pas, non. Alors, silencieuse, elle observe, elle observe les pensionnaires manier les planches. Un frisson parcourt son échine, lorsqu’elle se souvient du bruit que fait le bois, lorsqu’il est percé par une balle.
Il aurait voulu qu’elle se joigne à eux, qu’elle les aide. Elle l’entend, là, dans sa tête, elle le voit même, sa mine glaciale, impassible, mais d’où pourtant elle voyait une palette d’émotions comme elle n’avait jamais su le faire. Il lui demande d’y aller, avec ce ton qu’elle employait elle lorsqu’il faisait une erreur. Il lui ordonne. Elle soupire, grogne, se remet à ses dessins.
Mais sa voix ne faiblit pas.
-Suffit, frère.
Guère plus qu’un marmonnement, un grondement de louve.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 16:16

La fille me dit qu’on peut pas commencer par le plancher, qu’il faut faire des fondations. Je fronce les sourcils : je ne suis pas d’accord. Je croise les bras et je la regarde. Mais on peut pas faire de fondations. C’est une cabane. Je dis. Il suffit juste de poser les planches sur les branches et de sceller le tout pour faire le plancher, non ?
Ça devrait tenir, ça devrait être équilibré.
Je pense que la tâche sera ardue. On va mettre du temps à la construire, avec tous ces avis qui divergent et qui semblent n’être d’accord que sur rien. Je jette un regard à la ronde, ma planche de bois sous le bras. Là-bas y’a une fille qui dessine. Elle a des airs farouches.
Ça m’agace. On est pas là pour se tenir à l’écart. Je vais vers elle à grandes enjambées. Je me penche vers elle. C’est pas en faisant comme toi que la cabane va se construire. Je lui dis. Et je m’en veux un peu d’avoir ce ton venimeux et pas aimable. Je serre les mâchoires. Ça me met hors de moi les gens qui se tournent les pouces alors que d’autres triment.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 16:28


«Par fondation, je n'entend pas celles d'une maison, mais il faudrait quand même trouver quelques points d'accroche avant de les poser au divin hasard sur telles ou telles branches, il faut que ce soit un minimum proportionné. » Je n'aimais pas argumenter, parce que j'étais du genre à parler peu. Je désirais seulement faire de mon mieux, donner au monde ce que je pouvais lui offrir, et participer, parce que le choix ne m'était pas offert. Je lançai un regard au garçon qui m'avait répondu. Pourquoi toutes ces personnes, qui sont là avec moi chaque jour, ont l'air de m'être de simples inconnus? Son visage, aussi dur qu'il soit à ce moment là, je ne le reconnais pas. Qui sont donc tout ces gens, ont-ils conscience de ma présence?
Je suis une âme vagabonde, que personne ne remarque, à qui personne ne fait attention.
Une ombre. Un souvenir, peut-être. Une connaissance.
Un mirage.
Tandis que les avis se lançaient de parts et d'autres autour de moi, je semblais ne plus remarquer le reste du monde. Comme une fuite, mais spirituelle. Le monde semblait s'effacer. Puis revenait au grand galop tandis que des planches tombaient là-bas au loin. Les bruits, aussi peu nombreux qu'ils soient, m'arrachaient de mes moments d'inattention et me faisaient tourner le tête. « Peut-être devrions-nous faire une sélection. Lesquelles prendre, pour le plancher? » demandais-je alors, d'une voix plus douce.
Je ne veux pas me faire réprimander. Par qui que ce soit. Je préfère être passive, aujourd'hui. Je n'ai pas l'humeur à ça. Perturbée, perturbante. Les choses tournent encore et encore dans la spirale, tandis que je n'en trouve pas le bout. Je suis incapable de réellement m'exprimer, c'est comme si tout au fond de moi étaient bloqué dans des milliers de silence qui se collaient à mes mots et les effaçaient au fur et à mesure qu'ils atteignaient mes lèvres. J'ai le mal du silence.  
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 16:31



y'a une activité à l'extérieur. je ne veux pas y aller. les pensionnaires se regroupent autour de quelque chose. on dirait des vautours autour d'une charogne. je me ronge les ongles. je n'entends pas ce qu'ils disent derrière la fenêtre. je ne vois que des lèvres qui bougent. comme dans un film muet. je me déplace vers la gauche et je vois une planche de bois. je me déplace vers la droite. je vois un marteau. et des scies. des employés surveillent du coin de l’œil. je résiste l'envie de sortir. mais ma curiosité est plus forte que ma volonté.
je m'approche du petit groupe. y'a une fille qui dessine dans son coin et un garçon qui parle de « construction » et de « cabane ». alors c'est ça. tout ça. c'est pour construire une cabane. haha. pourquoi ils n'ont pas engagé des gens pour la faire ? elle serait plus droite. plus belle. plus sécuritaire. pourquoi demander ça à des jeunes incapables de s'occuper de leur propre vie ? y'a d'autres pensionnaires. un gars et une fille. mais j'm'en fous. je reste à l'écart, emmitouflé dans mon col roulé. attendant qu'on aille besoin de moi. ou que quelqu'un me remarque. je n'écoute plus les élucubrations des mes « confrères » pensionnaires. je sais qu'ils parlent de plancher. mais j'm'en fous. moi je fixe la scie.
et je souris.   
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 17:14

En une fraction de seconde, elle n’est plus seule. Elle aurait dû se douter qu’on viendrait la tirer de là ; elle entend déjà son frère rire. C’est exactement ce qu’il aurait fait. Elle relève lentement les yeux, et plante son regard glacé dans les prunelles de l’inconnu. Son regard ne s’arrête pas à elles, elle distingue le garçon dans sa globalité ; la manière dont il avance, dont il parle, dont il se tient. En un clin d’œil, elle a une vue globale de l’inconnu, qui lui en dit plus qu’un prénom. Ses yeux plissés, reviennent alors dans les iris du jeune homme. Sa mâchoire claque, mécontente, tel un animal sauvage qu’on dérangerait en plein repas.
- C’est pas en faisant comme toi que la cabane va se construire.
Sa réplique résonne dans son crâne. Elle est tentée, un instant, de se jeter sur l’impromptu et de lui faire regretter sa réplique condescendante.
Puis, l’envie passe ; à bien le regarder, il n’en vaut pas la peine, il ne ferait pas un adversaire à sa taille. La louve s’étire, puis, aussi agile qu’un chat, se relève.

Elle se dirige vers le petit groupe, sans un mot pour celui qui l’a dérangé, son carnet de croquis sous le bras. Elle s’immisce parmi eux, jette carnet et crayon au centre.
- là, votre cabane, si vous voulez la construire, commencez par la dessiner. Le reste, ça viendra après.
Un instant, son regard se pose sur les scies. Et sur les gardiens, plus loin, et elle secoue la tête.
C’est folie.
- et choisissez un arbre, accessoirement.
Froide, détachée. Elle s’assoit près des autres, lançant un regard de défi au garçon. Tu vois, frère.
Méprisante gamine qui ne se soucie de rien. Pourtant elle observe alors ses camarades, de son œil professionnel, de celui de l’assassin au creux des ombres. De la gracile fille aux longs cheveux bruns qui semble avoir pris les rênes de la construction, au garçon aux cheveux courts, qui n’a pas dit grand-chose, et puis, de cette fille aux cheveux courts, là-bas, de l’autre côté du jardin, qui les observe un sourire aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 1 Juin - 17:30


t'avais clairement pas envie d'venir, le monde t'aimes pas trop, ça t'agace, ça t'effraie. et puis qui dit activité de groupe, dit obligatoirement conflits. tu les imagines s'énerver, à s'insulter limite. tu sens que ça va vite te saouler, tu vas râler, manquer de les décapiter. pour quoi déjà ? tobias te l'a rappelé c'matin, mais t'as oublié. t'es même plus sûr d'avoir écouté. y'a des mots qui s'baladent dans ta tête, des bribes de conversations, des bourdonnements aussi. 'faut croire que t'as pas l'habitude des bavardages, de l'amitié, de la vie. t'es venu quand même, qu'est-ce que t'as d'mieux à faire ici.
y'a des gens rassemblés, ça parle de fondations et d'plancher. tu comprend enfin le projet. construire une cabane ? bah, pourquoi pas. t'as toujours adoré te servir de tes dix doigts. tu r'gardes tes mains, un peu abîmées, un peu rouillées. ça fait longtemps que t'y as plus touché. aux scies, aux outils. y'a des souvenirs enfouis qui remontent à la surface, fragment d'un bonheur à jamais banni. tu t'avances vers eux, croises le r'gard de toby et lui souris, avec les yeux, jamais les lèvres. y'a une fille à l'air sauvage qui lance une ou deux répliques, glaciales. rassemblement joyeux... quand tu disais que ça risquait d'être houleux. tu dis "l'indomptée a raison, 'faut choisir l'arbre avant d'toucher à quoique ce soit. ce s'rait utile pour les mesures, du plancher et des murs." d'un ton un peu agressif, vindicatif. comme si tu leur en voulais de ne pas y avoir pensé avant. tu l'fais pas exprès pourtant. aller, deuxième essai. "ensuite, on pourrait faire un schéma. histoire de s'mettre d'accord sur le style de la cabane, déjà." c'est pas tellement mieux, mais t'essayes au moins. tu jettes un œil aux alentours, y'a un chêne qui ferait l'affaire. tu le fixes un long moment, pour qu'ils comprennent c'que t'as en tête. parce que moins tu parles, moins tu te noie dans cet ennui abyssal. tu r'marques que l'indomptée a un carnet, donc elle dessine. elle pourrait vous être utile. "eh l'artiste, on va avoir b'soin de tes gribouillages."

Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Mer 4 Juin - 19:32


Du monde, des personnes, des pensionnaires, des filles, des garçons, presque tous plus jeunes. Raphaël apprécie leur compagnie, aime les voir grouiller pulluler commniquer et s'activer comme dans une fourmillière. Ils sont une sorte de foule anonyme à ses yeux ! Ils se ressemblent tous. Ce sont des insects. Ils sont petits, tout petits, minuscules, insignifiants, chétifs, des moins que rien, et ils travaillent à la construction d'un édifice commun, grand, bien plus grand qu'eux. Il les toise un peu. Se prend un peu de haut. Peut être même que ces petites rides au coin de ses yeux et ce regard bleu un peu sévère font figure d'autorité. Alors que là, tout au fond de son coeur, il est comme un enfant blessé ! Ces adolescents ouvrent leur bouches enfantines et en sortent des mots agressifs et froids. Une conversation cinglante est en train de naître, aucun conflit d'intérêt, aucune opposition, aucun débat, juste cette voix si peu mature et déjà sur la défensive. Raphaël observe et tente d'appréhender ces humains avec qui il compte partager quelques moments, peut être dérisoires, peut être marquants, mais nécessaire. Il esquisse alors un début de sourire. Il aime ce qu'il dégage, une sorte de confiance et de calme à tout épreuve. Il veut être celui sur qui on peut se reposer, endeuillé et triste, mais pourtant stable et équilibré.

-Vous emballez pas les enfants !

Alors que chacun allait de son petit commentaire blessant ou énervé, la voix ferme et profonde de Raphaël tenta d'apporter un ordre et une certaine sérénité au champ de construction sur le ton de la plaisanterie. Il sourit à la jeune fille au carnet à qui l'autre jeune homme s'était adressé de manière plutôt désinvolte.

-Je suis d'accord avec lui.

Mettre un prénom sur ces visages étrangers serait un soulagement.

-Tu pourrais nous faire une proposition et nous faire une démonstration de tes talents si ça te dit ?

La même proposition mais en légèrement plus douce. Adossé contre un pan de mur il avait l'air de celui qui parle beaucoup, donne des ordres mais ne fait rien. Il préférait intervenir et donner de sa personne après avoir régler avec tout le monde la base, le design et les détails techniques.

Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 178

MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Mer 4 Juin - 20:06

Rassemblements de canards boiteux.
Ce que je comprends c'est comment ils vont pouvoir réussir à construire quelque chose alors qu'eux-mêmes sont déjà tous cassés. Ils ont pas le manuel de la fabrication, ils doivent même plus savoir l'écrire. La cabane, elle sera pas droite, comme eux, c'est pas possible qu'elle soit impeccable avec une bande de bras cassés comme celle-là.
Ils me font (sou)rire, quand même.
Il y a une fille dont les joues sont mangées par des tâches de rousseur aux allures d'étoiles. Il y a un garçon qui est brun et qui ressemble à un enfant pas sage. Il y a une fille-hiver, froide comme la neige. Il y a une fille-garçon qui dit rien. Il y a un garçon qui mange les mots quand il parle, ça me fascine moi le garçon-hicopampe. Il y a un grand monsieur qui en impose.
Et puis il y a Arthur, moi si j'étais vous je lui obéirais avant qu'il casse la gueule de tout le monde.
Et puis il y a moi, brave soldat, j'attends juste qu'on me donne des ordres.
Ma voix ne dit rien, elle chante juste dans ma tête, et mon ventre, il gronde comme un orage qui monte. Terrible bande. Les barjots, les tristes, les seuls, et moi, l'affamé parce que je rate le quatre heures avec ces histoires.
- Pardon.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Jeu 5 Juin - 12:50

Suivre le mouvement.
C'est ça, la chose la plus facile à faire. Ils parlent d'une cabane. Fin non, ils en parlent pas, ils savent pas parler. Ils murmurent, donc. Et moi, je deviens leur ombre. J'emboîte le pas sans me soucier d'où on va. Je crois qu'à l'heure actuelle je me jetterais sous un train si c'était la consigne.
Je m'en fous, voilà, c'est bien ça, la vérité. La triste réalité.
Il ne fait ni froid, ni chaud. En fait, il ne fait jamais rien, ici. On ressent pas grand chose, même pas de l'ennui. Peut-être qu'on est déjà tous sous terre sans même le savoir, qui sait.
Les premiers mots quittent les lèvres, ils dansent, s’entremêlent et se percutent. Ça commençait plutôt bien pourtant, dommage. J'avance de quelques pas pour montrer que je suis là et que j'existe (enfin, je crois). J'ai les lèvres scellées, contrairement aux autres. Certains haussent le ton mais moi, je ne bouge pas. Je n'essaie pas, non, de faire un effort. Je sais que je peux crier bien plus fort qu'eux tous réunis. Qu'ils ne sont qu'une petite parcelle de colère à côté de la mienne.
Alors, je me tais.
J'attends.
Moment d'arrêt.
Si Rose était là, elle aurait très certainement pris les choses en main. Son père est menuisier et c'est dans les copeaux de bois qu'elle a grandi. J'imagine ses longs cheveux tomber sur ses épaules et son sourire faire face au vent. Je l'imagine me dicter des ordres sur un ton qui donne l'impression de rêver.
Imaginer, oui, c'est tout ce que je sais faire.
Le reste, c'est une autre histoire.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Sam 7 Juin - 16:14

Il y a de nouvelles têtes qui débarquent, du monde qui parle (et y’a Simon aussi). Et il me semble que cette journée va être interminable et que la cabane on va jamais la finir.
Ça m’énerve déjà. Le personnel aurait pu choisir l’arbre pour nous, faire un plan pour nous. Là on doit se débrouiller seuls. Et quand je regarde les gens qui s’occupent de nous, je les voix eux avec leurs petits sourires amusés et ça m’énerve encore plus.
Bon. On a qu’à choisir l’arbre du milieu. C’est le plus gros, c’est le plus grand. Ça veut donc dire que la cabane sera plus grande. Je regarde le carnet de dessins et le crayon au sol. J’attends que mademoiselle la dessinatrice se mette à user de ses talents.
Je m’approche de la boite à outils et sort un mètre. Quelqu’un d’agile et qui a pas peur du vide voudrait bien aller mesurer les dimensions là-haut ? Je demande. J’essaie de sourire. J’aimerais bien que le « doyen » du groupe prenne un peu les décisions pour nous.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Dim 8 Juin - 22:06

T'as les yeux encore un peu humide lorsque tu mets le pied dehors. Tu ne sais même plus pourquoi tu pleures et ça te rend triste. Tu essuies tes larmes avant de sortir de la chambre. Aujourd'hui c'est tout le monde dehors. Tu vas jouer le bon mouton et retrouver tout ce qui y sont déjà sous l’œil vigilant des gens. Des gens gentils. Des gens qui n'ont pas la place avec des enfants tristes, mais qui sont là quand même. T'as oublié de mettre des chaussures, tant pis. S'il était là, il t'aurais dit de retourner les chercher pour ne pas que tu te blesses. Mais il n'est plus là, alors tu feras sans ses conseils. La brise se glisse entre tes orteils pendant que tu te diriges vers le lieu de rassemblement. Y a déjà une petite foule, tu ne comprends pas tout de suite ce qu'ils foutent. Tu repères déjà le petit noyau du cercle, avec ceux qui donnent les ordres et ceux qui ne disent rien.
Bizarrement, t'as l'impression d'être à ta place, au milieu de ces gens trop étrange pour que ce soit quelque chose de normal, trop actif pour des bouts de bois. Parce que, oui, t'as compris qu'ils essayent de construire une cabane. Un truc qui vous ressemble. Oui, mais qu'est-ce que vous êtes ?
Des isolés.
Des perdants.
Des ratés.
Des moutons noirs.
Des déchets de la société humaine.

C'est ironique, mais t'as pas envie de te mettre à broyer du noir, parce que tu sens déjà les larmes te monter aux yeux. Qu'est-ce qu'il dirait s'il te voyait dans cet état ?
Tu ne veux pas y penser. Si bien que t'attrapes le mètre lorsque l'un des garçons le tend.

« - Moi. »

T'as l’impression de faire un truc de dingue, en même temps tu viens de prononcer un mot sans te mettre à chialer. Bien joué. Tu grimpes sur l'arbre qu'il te montre. T'es quelqu'un de tout petit, de toute fragile, ça devrait aller. Et tant pis si tu tombes. Tu sais qu'il est fier de toi, parce que pour une fois tu participes, parce que pour une fois tu veux te rendre utile. Ou terminer cette activité le plus vite possible. Au choix. Soudain tu t'arrêtes, t'es pas trop haute, ni trop basse. Juste la bonne hauteur pour une cabane, du moins si tu te souviens de ce que c'est. Aucun son ne sort de ta bouche, tu recommences. Rien. Les larmes te montent aux yeux, parfois tu bloques, parfois t'y arrives pas parce que s'il était là, c'est lui parlerait à ta place. Trois mots.

« - Faut faire quoi ? »

T'es complètement paumée ma pauvre fille.
Revenir en haut Aller en bas



Invité


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Lun 9 Juin - 20:26

Au fur et à mesure, le troupeau grandissait, les rangs grossissaient. On avançait timidement, on se cachait, observant la scène par dessus l'épaule du voisin, se fondant dans une sorte de masse qui n'en était pas vraiment une. C'était un nuage. Un nuage flou et hésitant qui attendait d'être poussé par un vent inexistant. Les yeux bleux océan de Raphaël parcouraient l'assemblée. Personne ne pouvait prendre les initiatives à leur place. Eux qui souffraient, eux qui pleuraient, eux qui s'accablaient de tout les maux du monde. Eux qui étaient là pour prendre du répit se défaisant d'une vie misérable et des resonsabilités qui la rendaient pire encore... Ils avaient encore et toujours des choix à faire. Ils ne pouvaient pas juste s'arrêter de vivre. Lui, il ne pouvait pas juste cesser de respirer. C'était plus complexe, bien plus complexe qu'une vie. Raphaël fixait son attention sur ces deux jeunes hommes silencieux, se questionnant sur ce qu'ils ne pouvaient exprimer avec des paroles. Peut être qu'ils avaient peur d'oser l'ouvrir ? Pourtant ils n'avaient pas besoin de laisser entendre leur voix pour avoir une présence et une aura.

On a qu’à choisir l’arbre du milieu. C’est le plus gros, c’est le plus grand. Ça veut donc dire que la cabane sera plus grande. Enfin ! Quelqu'un articule ! Quelqu'un qui sort des sons, des sons qui forment des mots, des mots qui forment des phrases, des phrases qui ont un sens. Un vrai soulagement. Il aurait aimé lui répondre, acquiescer, discuter, réfléchir avec lui, avec cette personne qui possède un soupçon de logique. C'était sans compter la petite téméraire qui fonça la tête la première à l'attaque de l'énorme tronc ! « - Faut faire quoi ? »

-Mais qu'est ce que tu fous ? lança-t-il.

Il avait parlé d'une voix un peu trop forte peut être. Il n'avait pas envie qu'elle sache qu'il la prenait pour une cinglée. Il n'avait pas envie de la détruire encore plus... Elle avait l'air brisée. Raphaël soupira tout de même pour montrer son agacement. Le petit oiseau avait l'air tétanisé. C'est ça, cette fille était une colombe. Agile et fragile, petite et légère. Raphaël n'avait jamais prétendu avoir des ailes mais il fallait bien que quelqu'un lui porte secours. Il prit un autre mètre, le fourra dans sa poche, souffla un bon coup et commença une ascension qui promettait d'être laborieuse.

-On va prendre des mesures, dit-il haletant en plein effort pour atteindre l'impulsive pensionnaire, on fabrique une cabane au cas où tu ne l'aurais pas compris. Arrête d'être condescendant. Surtout tombe pas hein... Merci mister Obvious.
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   Sam 14 Juin - 7:52

Alors il y a une des filles qui grimpe à l’arbre avec une certaine agilité, assez vite rejointe par le doyen du groupe. Pendant qu’il monte, j’ai un peu peur que l’un d’eux ne tombe et se brise une jambe ou quoi que ce soit. On a déjà bien assez de pleurs comme ça dans la journée, ce serait dommage d’en rajouter encore plus.
Bon alors, il faut faire des équipes, je dis. Des gens qui sont dans l’arbre pour poser les planches et planter les clous, du monde qui coupe les planches, d’autres qui envoient les planches à ceux qui sont en haut. Ça marchera plus vite si on fait ça, hein ? Et si quelqu’un veut dessiner un plan vite fait, qu’il le fasse.
Je crois que je commence à apprécier ce qu’il se déroule.
La seule chose qui me fait un peu tiquer c’est peut-être le manque de motivation des autres pensionnaires qui restent là, qui restent las, à regarder ce qu’il se passe, les mains au fond des poches. Enfin bon, tant pis.
Moi je la veux, cette cabane.
Ça me donnerait l’impression de faire quelque chose de bien, pour une fois.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: SC1 ○ LA CABANE   

Revenir en haut Aller en bas
 

SC1 ○ LA CABANE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Notre cabane en Guadeloupe
» Cabane - maison de jardin.
» Livres enfants "la cabane magique"
» thème de la cabane sucre
» Série "la cabane magique" (enfants dès 7 ans)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ENDROIT :: HISTOIRES-