AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 TU SENS LA TRISTESSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: TU SENS LA TRISTESSE   Sam 31 Mai - 17:39

ARTHUR



C’est à cause de toi.
C’est à cause de toi, les bleus sur le visage, la lèvre fendue, les poignets cassés, le corps douleur. C’est à cause de toi les larmes aux yeux, le cœur qui veut s’arrêter de battre, les paupières qui se ferment très fort. C’est à cause de toi les genoux écorchés sur le bitume, les paumes des mains égratignées et les coups de poings dans les murs. C’est à cause de toi les excès de colère sur les avant-bras et l’envie du vide. C’est à cause de toi la peur au bide, la peur qui brûle, la peur qui bouffe et qui arrache tout, absolument tout, le sommeil et la faim. Et puis c’est toi aussi les yeux ouverts dans le noir à fixer le plafond sale, c’est toi les cernes, c’est toi la colère, c’est toi la tristesse.
C’est toi et tes jambes qui titubent, c’est toi qui t’accroche à la chaise. C’est toi et tes yeux incapables de me regarder, c’est toi et tes paupières tombantes, et tes rides au coin des lèvres, et tes mains sales et abîmées. C’est toi et tes pupilles qui vacillent, c’est toi et ta drôle de grimace sur le visage. Ta bouche qui tombe bizarrement d’un côté, ta langue pâteuse qui sait plus comment parler. Toi qui as oublié comment marcher, toi qui as oublié ce que c’était la dignité.
C’est toi qui m’as oublié à l’école, dans la rue, sur le trottoir, au milieu des gens et des voitures ou dans un bar. C’est toi qui as oublié que j’existais et que je respirais, que je pouvais voir et entendre.
C’est pas toi qui es venue pour arrêter le sang qui coule. C’est pas toi qui m’a pris dans tes bras et qui m’a bercé doucement. C’était pas tes lèvres sur mon front, c’était pas ta main dans la mienne. Ça a jamais été ton bras autour de mes épaules.
C’est moi qui aimerait être aimé mais qui a même plus assez de larmes pour pleurer. C’est moi qui traîne ma tristesse sèche, c’est moi et la grimace sur ma bouche, moi et ma langue pâteuse qui arrive même plus à parler.
C’est moi qui te ressemble trop.
Moi qui voudrais être tout sauf toi.
Le même regard, la même bouche, les mêmes cheveux, la même forme du visage. C’est ce qu’ils disent.
Dis-moi comment je suis censé t’oublier quand lorsque je suis face à un miroir, c’est toi que je vois ? Dis-moi comment je suis censé t’oublier quand lorsque je remonte les manches de mon pull, c’est toi que je vois ? Dis-moi comment je suis censé t’oublier lorsque quand j’entends un cri et une insulte, c’est toi que j’entends ?
Comment je fais quand t’es pas là mais que t’es partout à la fois ?

ikyrel16 ansconor doherty


Code:
[i][b]nom de la célébrité[/b] ○ pseudo[/i]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

TU SENS LA TRISTESSE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le Théatre des Sens
» Bon sens des gosses, Bon sang de gosses
» Des consignes de votes dans tous les sens : ça fait désordre
» Sens de circulation
» Civilisations : bon sens de Guéant, hypocrisie de gauche.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ENDROIT :: LES REGISTRES :: NOS PENSIONNAIRES-