AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 VÉRITÉ X soan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar

MESSAGES : 21

MessageSujet: VÉRITÉ X soan   Jeu 27 Nov - 1:44

Il a les yeux fixés sur son portable, l'artiste. Il observe ce message envoyé il y a deux jours, cinq heures, trente-deux minutes et six secondes. ( environ )
Il se souvient de Soan dans la douche, la peau si douce. Il se souvient de Soan et ses yeux grands ouverts, un peu de maquillage sur les lèvres, sur les joues.
Il se souvient de ses paroles, ses regards gênés, ses joues soleils.
Un message envoyé pour la petite amie d'internet. Salome oubliée, Soan a pris toute la place.
Un message envoyé... et le téléphone à côté, simple, qui se met à vibrer.
Peut-être qu'il n'aurait pas du observer. Il n'aurait pas du le prendre, regarder, être figé.
Son message envoyé à Salome, sur le portable de Soan.
Trop étrange, pas très compliqué. Il s'est joué. Joué de lui. Salome, trois ans de relation par internet, n'a jamais existé. Ça a été Soan, toutes ces années.
Rafa il reste silencieux, pourtant. Il ne dit rien, pourtant.
Il a cligné des yeux quand Soan est revenu, beau et à l'odeur de lilas, et il a répondu à son baiser.

Rafael n'a rien dit. Il ne savait pas quoi dire, de toute manière.
Et maintenant, Rafa est là. Il est là, à sa pause déjeuné, au travail. Il observe son portable et il pince ses lèvres, un peu fort. Ça fait trois jours.
Il se dit que c'est faux, il sait que c'est vrai.
Alors il envoie un message léger, même si Soan commence sa pause repas dans quelques minutes.
Qu'il le rejoint dans quelques instants.
Il envoie à Salome. « Soan? Je sais... » Et il pose son portable brusquement, face contre table, pour ne pas voir la réponse.

_________________


fragments de toi au bout des doigts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 10

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Jeu 27 Nov - 12:45

« Soan? Je sais... »
Il sait,
il sait,
il sait,
il sait.
J'ai le coeur qui part dans tous les sens et l'estomac qui se retourne. Je crois que la carte de mon corps vient de se recevoir la tempête de sa vie et mes organes sont plus à leur place. J'avance vers la cantine mais j'ai l'impression de marcher sur les mains, je tiens à peine debout.
Rafa est toujours à notre table, je peux le voir (même au milieu de millions de clones, je saurais que c'est lui l'original, la plus belle merveille du monde).
Il me reste plus qu'une dizaine de pas pour arriver jusqu'à lui, mes yeux sont en train de le fixer même si je l'admire pas cette fois.
J'ai trop la trouille, j'ai l'impression que d'un moment à un autre, un nez géant va me pousser et que tout le monde saura que je suis le plus grand menteur de cette terre.
Cinq pas mais je souris pas.
Et j'ai plus faim.
Au contraire, mon petit déjeuner a qu'une envie maintenant : sortir de mon corps et plus jamais revenir dans mon estomac de poisson-chat.
Nous y voilà ; mon regard effleure celui de Rafa et juste,
non,
ça va pas être possible.
Je remue la tête de droite à gauche avant de reculer brusquement et marcher aussi loin que possible de lui.
L'air frais de l'automne me frappe mais c'est sans importance.
Rafa sait,
je suis foutu.
Nous deux, ça sera plus jamais la même chose. Adieu les étoiles, les paillettes, les baisers timides et les câlins interminables.
Je viens de perdre la seule personne qui me donnait l'illusion d'être normal.
Par ma faute (et uniquement la mienne)
Trop bête, Soan.

_________________

(raf)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Jeu 27 Nov - 17:58

Rafa a les yeux contre son plat. Il observe sa salade ; elle est noyée dans la vinaigrette, toute molle et sans vie.
Il observe son poulet ; il est beaucoup trop gras, on dirait qu'il va glisser contre ses doigts et hop, reprendre vie et foutre son camp comme un voleur, brusquement.
Il pince ses lèvres, Rafael. Il porte sa main à son poignet et observe la montre qui s'y trouve. Soan devait bientôt arrivé. Il prend son portable, inspire, le tourne brusquement. Aucun message.
Petite déception ( ou trop grande ) ça fait un poids dans ses tripes.
Il fronce des sourcils et dévisage les autres employés qui font un peu trop de bruits, autour de lui.
Et puis, il le voit. Soan, beau, parfait. Soan, la muse, l'amant, le romantique, l'amoureux, le coeur.
Qui l'observe un peu, perdu, panique, et qui prend le pas pour se sauver, comme ça.
Qui s'enfouit de lui tout entier. « soan ?! » C'est un murmure tout bas. Une seconde, il n'y croit pas.
Dans une seconde, il aura ses mains trop douces contre ses yeux et sa voix qui dit ; devine qui c'est ? avec un petit rire.
Mais non ; Soan s'en va vraiment. Rafa ouvre les yeux grands et se lève rapidement. Il a envie d'hurler attend mais ils sont pas dans un film, ils sont en public, et Soan n'aime pas avoir l'attention des gens. Ils disent déjà des trucs méchants, faudrait pas rendre les choses encore pire.
Alors Rafael se fraie un chemin dans la cafétéria, il pousse les gens et lance des regards noirs.
Agrippe le poignet de Soan, au détour d'un couloir. La peau est douce. Son visage est presque larmes. « pourquoi tu te sauves comme ça ? c'est quoi, tu m'aimes pas ? » Rafa il a le regard perdu. Il a cherché des jours, des jours longtemps. Pour pas lui en vouloir, pour rester avec lui, parce qu'il l'aime comme une belle journée d'été.
Parce qu'il l'observe et il a juste envie de l'immortaliser à tout jamais, au bout de ses lèvres. « soan, regarde moi s'il te plait ! » Dis moi la vérité en face, s'il te plait.
S'il l'aime, il devrait.

_________________


fragments de toi au bout des doigts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 10

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Ven 28 Nov - 0:01

Un,
inspire,
deux,
expire.
Mes mains tremblent dans tous les sens et je suis déjà essoufflé sur le parking. Je me penche en avant et pose mes pauvres doigts usés sur mon jean. Penché au dessus d'eux, comme ça, je peux voir que l'ongle de mon pouce est à moitié cassé et mon verni complètement écaillé.
C'est moche parce qu'il me ressemble.
Moi aussi je suis tout cabossé et abandonné mais c'est de ma faute parce que j'ai menti au garçon le plus merveilleux de la terre.
Je parle pas du petit mensonge qui consiste à dire que j'ai mangé deux chocolats au lieu d'un mais un vrai.
Le plus fou.
Le plus tordu.
J'ai du mal à penser correctement et à trouver une explication qui en vaut la peine.
Rafa arrive et ça me donne seulement envie de fuir un peu plus loin mais j'ai plus de souffle entre les larmes et la honte qui coulent sur mes joues.
« pourquoi tu te sauves comme ça ? c'est quoi, tu m'aimes pas ? »
Une pluie de larmes tombe sur le béton quand il me pose la question la plus bête de la terre.
Si je t'aimais pas, j'aurais pas inventé ce mensonge. Si je t'aimais pas, je serais pas là, le coeur au bord des lèvres et la tête dans les étoiles. Sauf que cette fois, je crois qu'une grosse météorite va venir tout détruire sur son passage. J'ai même pas de quoi l'arrêter et ça me donne encore plus envie de pleurer.
« soan, regarde moi s'il te plait ! »
Mais je peux pas, je peux pas, je peux pas. Je peux même plus me regarder dans un miroir depuis que j'ai commencé à te parler. Je savais bien qu'un jour ou l'autre on en arriverait là mais c'est trop difficile à avouer. Je panique tellement que lorsque je relève la tête je me sens tout petit et minuscule face à Rafa. J'essuie même d'un revers rageur de la main les larmes qui inondent ma peau.
Je le regarde mais je dois avoir une mine horrible.
Celle d'un garçon qui regrette chaque parcelle de son existence.
Dans moins d'une heure il fera jour, ouvre le volets et regarde la lune quitter le ciel pour laisser place au soleil. Tu vois comme la lumière des étoiles s'affaiblissent ?
J'ai du mal à parler alors je marque une pause pour être capable de continuer sans m'étouffer avec mes mots.
Mon coeur aussi perd de sa lueur lorsque je suis avec les autres et pourtant, je sais qu'un jour ou l'autre je pourrais te serrer dans mes bras.
Mes yeux brillent, je sais pas si c'est à cause des larmes ou de l'émotion que propage mes souvenirs.
Ce jour là, je serais comme les étoiles parce que tu es toute ma source d'énergie. Je t'aime, Rafa et le soleil que représente la distance finira par ne plus se lever. Tu es ma seule raison de me battre, de me réveiller, de manger, de dormir, de vivre et d'exister.
A ces mots, je me stoppe pour le regarder.
Ce texte, Rafa doit le connaître. C'était mon premier je t'aime, au milieu de la nuit.
J'étais tellement stressé cette fois là que j'osais même plus regarder mon téléphone.
Salome, c'était peut-être le prénom qui lui écrivait mais c'était bien mon cœur qui parlait, pas le sien.
C'est ma façon de lui avouer, de poser les armes, d'accepter mon sort.
Qu'importe si tout doit se terminer maintenant, je ne supportais plus la situation.
Faut me regarder, je suis tout petit et tout mince, comme si j'étais capable de porter des kilos de mensonges.

_________________

(raf)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Ven 28 Nov - 0:21

Il demande, supplie. Ses mains tremblent, son coeur dégringole. Il sait, déjà. Il sait que c'est lui. C'est logique, presque évident. Rafael, il l'observe, il voit son dos, son corps. Il voit les ombres et la lumière qui joue sur son corps et il le dévisage, il implore de ses yeux tristes qu'il l'observe au moins, une seconde.
Parce que c'est fou, complètement dément. C'est digne d'un téléroman. De n'importe quoi, mais pas de sa vie. Il a du mal à y croire, encore, mais s'il sait. Même si le portable lui a dit, et Soan avec son geste, aujourd'hui.
C'est dur, pour le coeur. Terrible même. Aimer deux personnes, devoir choisir. Devoir faire un choix, pour ne pas perdre la tête. Et se rendre compte en bout de ligne qu'ils sont la même personne.
Salome et Soan, là, sous ses yeux, dans le même corps.
Il y a toujours la pensée naive, une seconde au moins, pour que la chose soit vraie, quand on essaie de choisir, de faire un choix sur quelque chose d'aussi grand.
Et là, c'est le cas.
Rafael, il garde son souffle au bord de ses lèvres. Il essaie de comprendre, il essaie de faire le tri dans ses pensées. Mais tout se perd, tout s'envole brusquement alors que ses prunelles se posent là, sur le visage de Soan. Soan qui l'observe, un regard de larmes.
Rafael, il a le coeur qui se serre, une tempête dans les tripes, un malheur dans le coeur.
Il a envie de le prendre dans ses bras et de demander pardon. D'aller chercher des étoiles et de les poser contre son coeur, contre ses joues, dans ses cheveux et tout partout.
Ça lui arrache le coeur, comme vision, mais il a besoin d'explication. « Dans moins d'une heure il fera jour, ouvre le volet et regarde la lune quitter le ciel pour laisser place au soleil. Tu vois comme la lumière des étoiles s'affaiblissent ? » Les sourcils se froncent et il le dévisage sans comprendre, sans réalité la portée de ses mots. L'intonation de sa voix n'aide pas. Rafael a le regard perdu, l'innocent sur les traits. Il ne comprend pas. « Mon coeur aussi perd de sa lueur lorsque je suis avec les autres et pourtant, je sais qu'un jour ou l'autre je pourrais te serrer dans mes bras. » Et puis
Et puis lentement, il se souvient. Il se souvient d'un message, d'un coeur qui rate un battement et de sa vie qui a pris un tournant. Le début d'une relation, d'un amour trop grand. « Ce jour là, je serais comme les étoiles parce que tu es toute ma source d'énergie. Je t'aime, Rafa et le soleil que représente la distance finira par ne plus se lever. Tu es ma seule raison de me battre, de me réveiller, de manger, de dormir, de vivre et d'exister. » Mais c'est plus, beaucoup plus que cette fois là.
Rafael, il sait pas comment il fait. C'est trop énorme, tout ce poids. C'est comme un amour qu'il se prend comme ça, brusquement. Il fait un peu en arrière, pour encaisser le choc.
C'est trop énorme, il est pas assez fort. « je - » Il fronce des sourcils, perdu, un peu déboussolé. Rafa, il a du mal à comprendre.
S'il avait su plus tôt... si seulement. « c'est encore vrai ? » Il a un sourire en coin, pourtant. Des étoiles dans les yeux. Parce que, mine de rien, il veut son amour, encore. Il le veut, jour après jour, et les nuits entre aussi.
Il veut, oui.
Ses doigts s'enfouissent dans ses poches et il ne sait pas quoi faire. Rafa soupire, observe ailleurs et parle tout bas. « tu peux me dire pourquoi t'as fait un truc comme ça plutôt que de venir directement me voir ? tu m'as - » Il grimace, soupire et secoue sa tête, les yeux penchés vers le bas.
Et puis il l'observe. « tu m'as privé de toi pendant des années, Soan. Tu nous as privé de - de ça. De ce qu'on est, là. Tu pensais que j'allais faire quoi ? que j'allais - j'allais dire non ? te traiter de nom ? que j'étais tombé amoureux d'une jolie blonde ? » Il est tellement plus qu'une jolie blonde, Soan.

_________________


fragments de toi au bout des doigts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 10

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Ven 28 Nov - 14:32

Je me demande bien ce qu'on va pouvoir faire maintenant.
J'ose pas le regarder assez longtemps pour trouver des réponses dans ses yeux. J'aurais du arrêter quand j'en avais encore le temps, quand ça casserait pas tout sur son passage mais j'en étais devenu accro.
Salome, elle était si belle et parfaite dans ma tête que je pouvais plus m'en détacher. Y a des fois où je savais à peine qui j'étais tellement que je rêvais d'être elle.
Un vrai psychopathe.
Le plus grand menteur de toute une génération.
Pourtant, j'ai l'air de rien avec ma mine fatiguée et mon maquillage sur les yeux. Lorsque je marche dans les rues, les gens se retournent pas parce que je suis beau, seulement parce que je suis différent.
Je crois que je suis le seul dans ce petit monde qu'est silver city à porter jupes et talons hauts.
J'aimerais prendre la parole un jour, sur la plus grande place du village et monter sur la table d'un café. Tous les alcoolos et les hommes plus sérieux me regarderaient droit dans les yeux, ils pourraient pas me rater. Je sais bien que mes mots s'embourberaient au bord des mes lèvres et que je devrais reprendre mes phrases toutes les trois secondes mais je leur dirais qui je suis.
Pourquoi je fais ça.
Je leur expliquerais que je suis né dans le mauvais corps. La nature a fait une erreur et ça arrive à tout le monde, je lui en veux pas. Peut-être que tout le monde comprendrait au fil des mots que je suis rien de plus qu'une petite fille effrayée.
Une petite fille à qui l'on a oublié d'offrir une jolie poitrine et de belles jambes interminables (même si les miennes sont déjà jolies à ce qu'il paraît ...)
Du moins, c'est ce que m'a dit Rafa lors de notre dernier week-end en amoureux.
« c'est encore vrai ? »
J'ai encore l'impression d'avoir toute ma déclaration d'amour au bord des lèvres et je pourrais la lui répéter jusqu'à ce qu'il soit vieux. Je la connais par cœur pour l'avoir écrite et recommencée mille fois, jusqu'à la rendre assez parfaite pour qu'il comprenne.
J'hoche doucement la tête de bas en haut pour lui répondre un timide oui. Bien sûr que c'est vrai, bien sûr que je le pense. Je me sens plus proche de Salome que de moi-même alors, comment ça pourrait être faux, hein ? Tu m'expliques ?
Les battements de mon coeur s'emballent.
Rafa veut des explications, ça se lit sur son visage. Encore une chance qu'il en demande et qu'il parte pas directement.
« tu peux me dire pourquoi t'as fait un truc comme ça plutôt que de venir directement me voir ? tu m'as - »
Je prends une longue inspiration, on peut le voir à la façon dont mon torse se gonfle avant de retrouver sa taille normale. Je retiens mes larmes parce que de nous deux, c'est pas à moi de pleurer. De nous deux, c'est moi le plus grand coupable. On devrait m'envoyer sur la chaise électrique pour avoir brisé le cœur d'un mec comme Rafa, sérieux, je m'en remets pas.
Comment j'ai pu lui faire ça ? Même moi j'ai du mal à trouver des réponses et je me dis que tout ce temps à lui mentir, c'était vraiment la pire des conneries. Dans dix ans, je vais encore m'en mordre les doigts, c'est obligé, même si j'ai quitté Silver et que tout ça sera du passé.
N'importe où, ce sera la même rancœur.
« tu m'as privé de toi pendant des années, Soan. Tu nous as privé de - de ça. De ce qu'on est, là. Tu pensais que j'allais faire quoi ? que j'allais - j'allais dire non ? te traiter de nom ? que j'étais tombé amoureux d'une jolie blonde ? »
J'ai la gorge toute nouée et il me faut un courage de titan pour pas fondre en larmes et disparaître sur le béton du parking.
Je m'écorche, je perds de la saveur, je me fonds dans la masse comme j'ai jamais voulu le faire jusqu'ici.
Mais maintenant, je crois que c'est le moment ou jamais de disparaître pour de vrai. Me retirer après toute cette histoire. Pourtant, je dois encore à Rafa des explications et ça, c'est la pire des choses à lui offrir parce que c'est remuer le couteau dans la plaie. Soulever mes névroses et les assumer comme je n'ai jamais su le faire jusqu'ici.
Pardon.
Mes doigts s'emmêlent les uns aux autres, j'ai plus deux mains avec cinq doigts mais une seule avec dix qui me servent plus à rien.
Je sais pas pourquoi je t'ai fait ça. Fin si, au début j'étais carrément amoureux de toi mais tu me voyais pas, j'existais pas. Et puis tout le monde se fout toujours de ma gueule, personne a envie de tomber amoureux de la risée du village. Alors, je suis devenu Salome parce que dans sa peau, j'avais vraiment confiance en moi. J'étais seulement une fille, une jolie blonde sûre d'elle qui aurait pu faire tomber n'importe quels garçons sous son charme mais je te voulais à toi et ... ça a marché. Franchement, tu crois que j'allais arrêter alors que c'était mon seul espoir d'avoir ton attention ? Je ... je pouvais pas.
Je me détestais trop pour ça.
Puis on a commencé à se parler, contre toute attente, c'était la dernière chose à laquelle je m'attendais.
Je lâche un petit souffle pour envoyer les larmes tout au fond de mon coeur et les empêcher de respirer.
J'ai fait tout ça pour pas te perdre mais au final c'est raté et c'est bien fait pour moi. Je suis désolé de t'avoir pris pour un imbécile mais c'était juste de l'amour, pas de la méchanceté et c'était vraiment bien avec toi.
Et je me tais parce que je peux encore rester longtemps à lui parler comme ça, jusqu'à le noyer de mes mots.

_________________

(raf)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Ven 28 Nov - 20:53

Rafa le regarde et il le voit. Il le voit sans le voir, les images se mélangent. Salome, il oublie à quoi elle ressemble, maintenant. Il ne se souvient plus, il ne voit que le visage de Soan, soan, soan, encore et encore, depuis des jours. Il pince ses lèvres et fronce des sourcils, le dévisage et ne comprend pas.
Chaque réponse ajoute une question et il ne comprend pas. Parce que Soan est parfait, parce que même Salome avec sa beauté elle ne lui arrive pas à la cheville.
Soan, c'est son étoile, ses paillettes, son soleil, sa lumière.
C'est cette petite chose dans son coeur qui lui donne envie de se lever le matin et de continuer demain et après demain. Avant sans lui la vie semblait belle, mais quand on ne connait pas la beauté, on croit la connaître.
Et puis on la découvre pour la première fois et tout le reste, bam, comme ca, ça devient terne. C'est un peu comme ça, depuis Soan.
Salome, elle est devenue terne. Peut-être bien parce qu'elle l'était, qu'elle n'était qu'une ombre de lui. Soan il est trop de choses, impossible de le contenir derrière l'écran.
Il le voit depuis si longtemps et il le touche depuis si peu de temps que c'est étrange dans sa tête et même là, à l'observer, il a envie de l'embrasser, de sortir son appareil photo poiur capturer sa tristesse et en faire une merveille. Parce que Soan il est beau, il est beau même avec les yeux fatigués et les doigts qui tremblent. Il est beau avec le coeur qui dégringole entre ses doigts et un noeud au coeur et une moue contre ses lèvres.
À l'intérieur de Rafa, ça fait un feu d'artifices permanent qu'il ne contrôle pas et quand il croit que c,est calme non non, ça l'est pas, et ça revient juste vingt milles fois plus fort.
Soan c'est un feu d'artifices plein de paillette qui cessera jamais, des étoiles par millier qui s'allument les unes après les autres quand on laisse tomber les lumières artificielles. Même là, on voit pas du tout de lui. Y'a le monde entier qui l'illumine pour l'empêcher de briller dans la nuit. « Pardon. » Rafa l'observe et cligne des yeux. Il a pardonné déjà, il ne sait pas comment lui en vouloir. En fait, ça lui semble complètement impossible, improbable. Rafa, il en veut jamais aux gens, il est juste comme ça.
Et Soan il parle. Il parle et il voit qu'à travers la lumière fausse des gens parce qu'il dit n'importe quoi.
Rafa il le voyait avant. Il le voyait au loin mais Soan il détournait les yeux alors il s'approchait pas.
Parfois il essayait de faire un pas vers lui pour demander une photographie en disant t'es beau, faut figer ça, faut se souvenir de ça, mais Soan il partait vite vite, il écoutait pas.
Soan il voit au travers des yeux des gens aveugles et c'est tellement triste. Ses yeux à lui, ils sont tellement brillants. Faudrait qu'il se voit, oui. Faudrait qu'il se voit comme Rafa il peut bien le voir. Qu'il le voit avec son coeur, il verrait toute sa lumière et toutes ses étoiles. « Puis on a commencé à se parler, contre toute attente, c'était la dernière chose à laquelle je m'attendais. » Parce que Rafa, ça lui a pris trois ans pour prendre son courage à deux mains et lui parler sur la plage, enfin.
Il a pris une photo de lui les pieds dans l'eau le sable sur la peau et les cheveux dans le vent. C'était beau et même aujourd'hui ça gonfle encore son coeur.
Il était beau dans ses petites shorts. « J'ai fait tout ça pour pas te perdre mais au final c'est raté et c'est bien fait pour moi. Je suis désolé de t'avoir pris pour un imbécile mais c'était juste de l'amour, pas de la méchanceté et c'était vraiment bien avec toi. » Il fronce des sourcils et il secoue la tête. Il aime pas ses mots, c'est n'importe quoi.
Rafa il l'observe et secoue la tête encore, il s'avance et il prend ses doigts. Il les démèle un peu presser mais un à la fois. Il défait le gros noeud qui est là et il espère qu'il fait la même chose avec celui de son coeur parce qu'il a nullement sa place là. « [n]c'est pas raté si je suis encore là, Soan... [/n]» Il parle tout bas et cherche ses yeux sauf que Soan, il observe tout en bas. Rafa il penche un peu sa tête, il plie ses genoux alors et il met un doigt sous son menton pour lever un peu sa tête et croiser son regard. « tu veux bien me regarder un peu ? » et il sourit un peu, à voir son regard.
Il est si triste mais il est beau, ça lui déchire le coeur. Il est si beau qu'il aimerait le photographier avec ses yeux pour le voir à jamais.
Pourquoi on doit cligner des yeux, aussi ? On manque une seconde. C'est important, une seconde de Soan, du monde. « c'est stupide parce qu'on a manqué trois ans. t'imagines ? je t'ai aimé sans savoir que je t'aimais. et toi - toi tu me fuyais ici et dans la rue, et partout en fait. tu m'as donné salome mais moi je voyais déjà un peu Soan. je te voyais au loin et - j'ai des photos de toi dans mon ordinaire. On voit que ton dos ou alors c'est flou parce que t'es loin mais de face. j'ai une séquence complète de photographie comme ça, Soan. » Il pose ses mains contre ses joues et il caresse de ses pouces les brillants un peu tristes qui se trouvent là. « je te vois. je te voyais. » Et il sourit un peu, hésite, observe un oeil à la fois et pose un baiser contre ses lèvres, au final.

_________________


fragments de toi au bout des doigts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 10

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Dim 14 Déc - 15:48

Je crois que c'est la première fois de toute ma vie que je parle autant.
Même quand j'étais petit, à l'école, les professeurs pensaient que j'avais un soucis mais c'est juste que je suis trop timide. Tu sais, je me sens jamais à ma place, nulle part. Avec mes parents aussi, je me sens pas à ma place, tu te rends compte ?
Je sais pas comment on peut remédier à ça.
(Fin si, le remède à tous mes soucis s'appelle Rafael mais tout le monde l'appelle Rafa)
Les doigts de mon plus bel amour se perdent contre les miens, ils leur donnent à nouveau une utilité : celle de parcourir sa peau. Et j'en profite, je caresse la base de son pouce en espérant que cela suffise à panser nos plaies.
« c'est pas raté si je suis encore là, Soan... »
J'ai les larmes qui me tapent sur le système, elles veulent sortir et s'exprimer mais c'est juste pas possible. Ce que me dit Rafa m'aide à me sentir un peu mieux mais je reste l'écorché vif que mes parents ont mis au monde par mégarde (confectionné un soir de réveillon, comme la plupart des enfants-surprises).
En ouvrant leur cadeau neuf mois plus tard ils ont du voir que quelque chose clochait chez moi mais le service après-vente était à chier : pas de garantie ou d'échange possible.
Les pauvres.
« tu veux bien me regarder un peu ? »
Je plonge mes yeux dans les siens parce qu'il m'y oblige mais c'est pire qu'une torture. Je veux bien assumer mes conneries mais accepter sa déception, c'est juste trop difficile à affronter. Mon menton fait un peu de la résistance pour retomber vers le sol mais je me débats contre lui parce que le sol n'est pas joli. Le sol, c'est la fin de tout. Si je le regarde c'est que je n'y crois déjà plus.
« c'est stupide parce qu'on a manqué trois ans. t'imagines ? je t'ai aimé sans savoir que je t'aimais. et toi - toi tu me fuyais ici et dans la rue, et partout en fait. tu m'as donné salome mais moi je voyais déjà un peu Soan. je te voyais au loin et - j'ai des photos de toi dans mon ordinaire. On voit que ton dos ou alors c'est flou parce que t'es loin mais de face. j'ai une séquence complète de photographie comme ça, Soan. »
Je me sens doublement con parce que j'ai même pas été capable de voir que Rafa me donnait de l'importance. Je crois que j'étais trop occupé à me mépriser pour accepter qu'un garçon comme lui puisse s'intéresser au tout petit Soan (mi-fille, mi-garçon, surtout fille).
Mes doigts le serrent un peu plus parce que j'ai pas envie de le voir partir. Mon corps essaie de lui passer un message mais je pense pas qu'il soit capable de comprendre, faut dire que c'est tout nouveau pour moi.
« je te vois. je te voyais. »
Je ferme les yeux parce que le contact de ses lèvres contre les miennes est la plus belle chose qu'il puisse m'arriver sur cette terre. Je pourrais tout laisser tomber pour ça ; même devenir une vraie fille.
Je m'en fiche bien de mon corps du moment que je peux aimer le sien sans retenue.
J'ai été égoïste. Mais je tends quand même les bras pour me pendre à son cou et respirer son odeur. Mon nez gelé se remémore l'odeur de sa peau.
En devenant Salome, je pouvais abandonner mon corps pour qu'il ne me fasse de mal et j'étais bien, vraiment bien. Si tu savais comme je me supporte pas.
Je ris un peu parce que ça me paraît surréaliste de se détester autant, de ne pas se sentir à l'aise avec soi-même.
Sur la fin je commençais à dérailler parce que la culpabilité prenait le dessus sur le bien être mais là ... je t'ai dit la vérité et je me sens déjà mieux.
Et si tu me quittes pas, ça pourra qu'aller toujours un peu mieux, de jour en jour. Tu crois pas ?
Je pose un baiser sur sa joue et m'accroche d'avantage à lui. J'ai juste besoin de le sentir contre moi pour respirer correctement et trouver le courage d'affronter le reste du monde.
Tu as fait pour moi bien plus que les psy' et mes parents ont pu faire. Tu t'en rends peut-être pas compte mais tu m'as sauvé la vie et ... et merci. Merci d'être là.
Je t'aime.

_________________

(raf)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar

MESSAGES : 21

MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   Dim 14 Déc - 19:39

Les battements du coeur sont affolés et les mains tremblent. L'angoisse est présente, avec les voix qui montent et l'affolement.
Le baiser, il calme tout. Le baiser donne un nouveau souffle et Rafael, il se détend un peu. Il reste tendu encore, craintif de quelque chose. La colère est toujours là, ou plutôt la déception. Une miette de déception qui ne le quitte pas, qui reste là.
Trois années, ce n'est pas rien. Trois années sans lui, c'est l'enfer. Il voit tout le temps perdu et il ne peut qu'être en colère. Bouillir de l'intérieur. Mais pas contre lui, pas contre Soan.
Contre les gens, contre tout le monde. Tous ses cons qui lui ont mis des idées en tête, qui lui ont fait croire que ses rêves n'étaient que des folies et son existence, un blasphème. Ceux armés de leur signe de croix et de leur bible, ceux parlant de tout sans savoir et jugeant sans vouloir être jugé.
Pauvres cons hurlant aimez vous les uns les autres mais incapable de l'aimer lui pour ce qu'il est.
Mais Rafa, il n'a pas le temps d'y penser. Il leur fera comprendre plus tard. Il les ignore pour le moment. Soan contre lui, contre ses lèvres. C'est tout ce qui importe. C'est tout ce qu'il veut, simplement. Son souffle suspendu au sien et sa chaleur qui berce son corps, son coeur.
Même les yeux fermés, il voit des photographies de lui. Il le voit dans ses rêves, même les yeux ouverts. « J'ai été égoïste. » Un grognement quitte ses lèvres, il dit; arrête. Rafa l'encercle de ses bras alors qu'il encercle son cou. Il pose son menton contre le sommet de sa tête, le garde contre lui, un petit moment.
Il est bien, comme ça.
« En devenant Salome, je pouvais abandonner mon corps pour qu'il ne me fasse de mal et j'étais bien, vraiment bien. Si tu savais comme je me supporte pas. » À cause des gens. Comment peut-ion faire quelque chose de la sorte à une rareté comme lui ? Soan est un petit prince qui veut être une princesse. Qu'importe ce qu'il porte, il reste le même. Il reste Soan, ce petit trésor. Ce soleil qu'il ne peut quitter de ses filles.
Fille ou garçon, il en tombe amoureux. C'est prouvé. « Sur la fin je commençais à dérailler parce que la culpabilité prenait le dessus sur le bien être mais là ... je t'ai dit la vérité et je me sens déjà mieux. » Rafa sourit, les yeux brillent. Il retire son menton de son sommet de tête et l'observe. Il est beau. Beau, à poser un baiser contre sa joue. Il est beau, avec ses paillettes contre sa joue.
Il est beau, même avec le fantôme de ses larmes contre ses joues. Suffit d'observer dans les yeux de Raf pour voir le vrai visage de Soan. Et il est perfection. Damnation. « Tu as fait pour moi bien plus que les psy' et mes parents ont pu faire. Tu t'en rends peut-être pas compte mais tu m'as sauvé la vie et ... et merci. Merci d'être là.» Ses lèvres se pincent et le coeur devient lourd, énorme. Soan l'observe avec tout l'amour et les sentiments du monde et Raf, il ne peut que sourire, grand, à en avoir mal aux joues. Ses yeux se font tout petits mais brillants sous le bonheur et il le serre contre lui. « C'est c'que je veux. être là, avec toi. Qu'importe qui t'es et c'que tu fais. T'es beau, avec ton corps mais ton âme aussi. Surtout ton âme. C'est elle qui te rend beau comme ça... peu importe qui tu veux être. File ou garçon, j'en ai rien à faire. Tu comprends ? » Il pose un baiser sur ses lèvres et pince ses lèvres, avant de jeter un regard derrière lui. « On doit retourner au boulot. Mais ce soir, tu viens chez moi. » Il l'observe un peu et le regard est beau, tendre, vrai. Rafael caresse sa joue du bout des doigts, léger, de peur de ruiner la beauté qu'il est. « et j'veux te voir comme t'es... comme tu veux être. j'veux voir le Soan qui reste caché aux yeux des gens. » Parce qu'ainsi, ainsi, c'est comme ça qu'il brille réellement.

_________________


fragments de toi au bout des doigts
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: VÉRITÉ X soan   

Revenir en haut Aller en bas
 

VÉRITÉ X soan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dire la vérité : les bienfaits qui en découlent
» Vérité amère
» Terry Goodkind : L'épée de Vérité
» La Vérité si je mens 3
» Mairies FN : elles auraient mérité le triple A !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ENDROIT ::  :: silver city-