AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (éphémère)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Invité


MessageSujet: (éphémère)   Dim 15 Juin - 20:29

KAIA


Kaia, elle se cherche encore. Kaia, elle sait pas où elle va. Kaia, elle sait pas qui elle est. Kaia, elle sait pas.

INHALE.
Kaia, c’est une fille forte et indépendante. Elle a pas besoin de ton aide, elle est mieux sans toi. Plutôt snob d’ailleurs, elle devient pas amie avec n’importe qui. Froide et hautaine, c’est ce qu’on pense d’elle quand on la voit. Elle est plutôt solitaire aussi, elle ne s’embarrasse pas de gens qui n’en valent pas la peine, elle pense qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Elle parait totalement spontanée et indomptable. Fêtarde et extravertie pendant les fêtes, rien ne l’arrête. Absolument rien. Elle n’aime pas grand monde et quand elle le fait, ce n’est pas pour bien longtemps ; elle se lasse vite des gens.
Kaia, c’est la sauvage, l’inaccessible, la fêtarde, l’autodestructrice, la mystérieuse.

EXHALE.
Kaia, elle a peur. Elle lance des appels à l’aide silencieux en attendant que quelqu’un lui prenne la main. Elle traine pas avec n’importe qui parce qu’elle a peur d’être blessée. Timide et réservée, ce sont des traits de sa personnalité qu’elle essaie de cacher. Elle a peur d’être abandonnée donc elle préfère abandonner les autres avant que quelqu’un ne la laisse sur le côté. Elle est rigide et trop organisée, elle fait ce qu’elle peut pour paraitre plus sauvage, plus drôle mais elle a peur de l’inconnu et aime planifier avant de foncer dans le tas. Mal dans sa peau, Kaia tente tout pour se fuir elle-même, à n’importe quel prix, même si ce n’est que pour quelques heures. S’attacher aux gens lui donne l’impression d’être dépendante des gens, elle préfère s’enfuir. Pourtant, quand elle est prise d’affection pour quelqu’un, sa loyauté n’a pas de limite.
Kaia, au fond, c’est la peureuse, la pessimiste, l’organisée, la naïve, la fragile.
+
Tu peux pas le croire. Tu rêves. C’est obligé, tu rêves. Y a pas d’autres explications pour ça. Ça fait deux jours. Non, c'est pas possible. Hallucination, rien n'est vrai.

Tu la regardes monter. Tu la regardes descendre. Aussi noire que la nuit, tu la contemples. Comme hypnotisée par sa beauté, par sa lenteur, par son odeur. T’aimerais ne faire plus qu’un avec elle. Être engloutie par elle.
La mer.
Et puis disparaître.

T’aimerais disparaître comme lui.
Simon.
Comme ça, d’un coup, il est partit. C’était inattendu. Et il vous a quitté, Barbara et toi. Sans rien dire, sans penser à toi, ni à elle d’ailleurs. Il s’est pas retourné, il a pas eu le temps. Il n'a pas dit au revoir, il a cru qu’il reviendrait. Alors qu’en vérité, plus jamais tu ne le reverras. Cette pensée te paralyse, te glace le sang, te tue. Enfin, c'est ce que tu aurais voulu. Oh, Dieu sait à quel point t'aurais voulu partir cette nuit-là.

Tu peux pas le croire. Tu rêves. C’est obligé, tu rêves. Y a pas d’autres explications pour ça. Ça fait quatre jours. Non, c'est pas possible. Hallucination, illusion, rien n'est vrai.

Tu te tournes vers Barbara. Elle dort. Elle est mignonne quand elle dort. Elle a l’air tellement innocente et naïve. Elle a l’air tellement paisible. Sa poitrine s’élève doucement, signe qu’elle respire encore, qu’elle est encore là. Tu blottis ton corps contre le sien. Parce qu’au fond, c’est la seule personne qui te reste.

T'es même pas sûre qu'elle te reste, en fait, Barbara. Elle aussi, elle s'évanouit dans un présent incertain. Elle aussi, elle te quitte. Mais c'est pire cette fois, tu vois son ombre être soufflée par chaque respiration qu'elle prend. A chaque expiration, son âme se mélange un peu plus à l'oxygène et au dioxyde de carbone qui composent l'air. A chaque fois, elle s'efface pour ne plus être qu'un vague souvenir de ta mémoire.

Tu peux pas le croire. Tu rêves. C’est obligé, tu rêves. Y a pas d’autres explications pour ça. Ça fait huit  jours. Non, c'est pas possible. Hallucination, illusion, cauchemar, rien n'est vrai.

Et toi, t'es seule dans une pièce sombre. Seule, dans une pièce noire. Seule. Noire.

Noire comme les pensées qui te hantent. Froid comme ton corps. Vide comme ton cœur. Tu es assise dans un coin, t’oses pas bouger. Ton regard se balade dans la salle. Tout ce que tu vois c’est du désespoir, rien que ça, du désespoir. Il t’entoure, te retient captive, t’étouffe. Tu étouffes. Ta respiration s’accélère. T’as des sueurs froides. Tu fermes les yeux pour échapper à la réalité.

Le problème, c’est que dans ta tête, c’est encore pire.

timebombdix-huityumi lambert


Code:
[i][b]yumi lambert[/b] ○ kaia[/i]
Revenir en haut Aller en bas


avatar

MESSAGES : 333

MessageSujet: Re: (éphémère)   Lun 16 Juin - 7:22

oh   j'ai beaucoup aimé ta fiche  I love you 
yumi est un excellent choix ! je te souhaite la bienvenue sur le forum et te valide par la même occasion  cat 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(éphémère)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le blog de Mère Indigne
» Marie TOUGARD mère à 51 ans???
» SOS CPE mère schtroumf
» BC La Maison des Amis de Grand-Mère
» lien mère-enfant difficile

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'ENDROIT :: REGISTRES-